Sights
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Greek English French Italian Russian
Swedish Polish
 

Le Temple de la Vierge Marie de l’Annonciation

  Η Παναγία της Τήνου

La première chose que le visiteur croise lorsqu’il arrive au port de Tinos en bateau est le clocher de la Vierge Marie de l’Annonciation ainsi que l’église imposante, qui domine sur la colline au-dessus de la ville de Tinos (Chora). Cette église est une destination essentielle pour la plupart des chrétiens croyants et une destination préférée pour tous ceux qui s’intéressent à la religion, l’art et l’histoire. Le temple en question est directement lié à l’histoire de Tinos ainsi qu’à l’économie et au tourisme de l’île. Son architecture est en harmonie avec le style traditionnel de l’île et, en même temps,elle a été influencée manifestement par des styles tant orientaux qu’occidentaux. Le temple est bâti sur les vestiges d’un temple chrétien primitif, qui était dédié à Saint-Jean le Prodrome, alors qu’au même endroit préexistait un temple ancien en l’honneur du Dieu Dionysos. Le temple de la Vierge Marie de Tinos est un grand édifice à deux étages. La partie principale du temple est située à l’étage supérieur et une série de locaux sont annexés à la cour. Il a trois nefs dont la médiane est élargie et élevée et se sépare des deux latérales par des colonnades. Au-dessus de l’entrée principale du temple, il y a un linteau de marbre qui représente deux archanges en relief et entre ces derniers, une inscription gravée porte les noms des fondateurs du temple.
Η εικόνα του Ευαγγελισμού

L’icône miraculeuse de l’Annonciation se trouve à gauche en entrant dans l’église et elle est placée sur une stèle de marbre. L’icône de bois, « blessée » par un incendie survenu dans le passé et coupée en deux pièces par la bêche de l’ouvrier qui l’a découverte, a l’air brillant grâce aux innombrables joyaux et dédicaces des premiers pèlerins qui la couvrent. Parmi les ornements, se distinguent les visages de la Vierge Marie et de l’archange Gabriel. Pour certains, l’icône a été créée par l’Évangéliste Luc alors que d’autres placent la date de sa création à un temps ultérieur. Une copie fidèle de l’icône atteste que la scène de l’Annonciation est représentée de manière suivante : l’ange qui offre le lis se trouve à gauche et la Vierge Marie agenouillée par dévotion et émerveillement se trouve à droite. Le temple est plein d’ex-voto offerts par d’innombrables croyants qui voulaient exprimer de cette façon soit leurs prières, soit leur gratitude pour les  miracles  que la Vierge Marie a accomplis. Parmi les ex-voto, se distinguent l’oranger en argent, à gauche de l’entrée principale, qui représente l’arbre vu par un aveugle guéri par la Vierge Marie, le bateau avec un poisson coincé dans un trou de sa coque, dédié par le capitaine ainsi sauvé de la noyade de manière inattendue ainsi que beaucoup d’autres suspendus au plafond et que le visiteur peut observer. Les éléments précités ainsi que le reste de la décoration du temple, l’autel imposant doré et estampé sur bois, l’ambon et la chaire épiscopale sculptée contribuent à l’émerveillement et suscitent le respect de tout visiteur. En dessous du temple principal se trouve le temple de la Source de Vie (appelé temple de la « Découverte »). Ici, le pèlerin peut emporter l’eau sacrée de la source qui a commencé à couler à l’époque de la découverte de l’icône et qui jaillit du sol à l’endroit où elle a été dégagée. Des bureaux, des musées et d’autres services destinés à couvrir les besoins de la Fondation et des visiteurs sont hΤο τάμα της πορτοκαλιάςébergés dans les locaux qui entourent la terrasse. De même, sur la terrasse se trouve une fontaine en forme de bouteille, offerte par un musulman qui a attribué sa guérison à un miracle de la Vierge Marie de Tinos. Le clocher imposant est érigé à côté de l’église. Basé sur des pierres, le clocher est d’une hauteur de 30 mètres avec trois lanternes de marbre, créées par Jean Fillipotis à partir des ébauches d’Anastasio Orlandos. Le clocher, grâce à sa hauteur et ses cloches résonnant dans toute la ville (Chora) et les villages voisins, est un point de repère tant pour l’édifice du temple de la Vierge Marie que pour la capitale de l’île, vu que c’est la première chose que le visiteur peut voir en arrivant en bateau.

Η Παναγία της Τήνου

 

LA DÉCOUVERTE DE L’ICONEΗ εικόνα του Ευαγγελισμού

Au début du 19e siècle, au monastère de « Kéhrovouni » habitait une sœur qui s’appelait Pélagie (Pelaghia). La Vierge Marie est apparue dans le rêve de Pélagie et lui a désigné le lieu où il faudrait creuser afin de retrouver son icône. Ce rêve a été répété trois fois, ce qui a convaincu la sœur Pélagie de s’adresser aux autorités de l’île qui ont assumé la recherche de l’icône. Suite à des efforts infructueux, les travaux de recherche ont été arrêtés. Cependant, après une peste qui a frappé l’île, les travaux ont repris avec plus d’ardeur qu’auparavant. En creusant aux fondations d’un temple chrétien primitif, lors de la construction du nouveau temple, de l’eau a coulé à partir d’un puits sec le jour de sa sanctification (01/01/1823), ce qui a été considéré comme un miracle. Le nouveau temple a été dédié à la Source de Vie. Le 30 janvier (1823), alors que les fouilles menées pour la découverte de l’icône étaient en cours, la bêche d’un ouvrier originaire du village de Falatados a frappé l’icône et l’a coupée en deux, tout en laissant intactes les figures de l’Ange et de la Vierge Marie. La nouvelle réjouissante de la découverte a été répandue très vite dans toute la Grèce révolutionnaire. Des croyants innombrables sont venus pour adorer l’icône et pour contribuer financièrement à la construction de son temple et pour offrir des ornements en guise de dédicaces. En même temps, les travaux de la construction se poursuivaient fiévreusement. Parmi les premiers pèlerins de l’icône, on trouve les héros de la guerre d’Indépendance, Kolokotronis, Makriyiannis, Miaoulis, Kanaris et autres.

LES “PETITES LANTERNES” (« Fanarakia »)

C’est une coutume qui a lieu annuellement le 30 janvier dans la ville de Tinos (Chora). Elle rappelle le rassemblement massif des habitants de Tinos lors de la diffusion de la nouvelle de sa découverte, venus de tous les coins de l’île avec des lanternes allumées en main, afin d’adorer l’icône de la Vierge Marie. Le soir du 30 janvier, la fanfare municipale, les élèves des écoles primaires et secondaires, ainsi que des enfants et des adultes de tout âge partent du temple de la Vierge Marie et se promènent dans les ruelles de la ville. Tout au long de l’itinéraire, tout le monde entonne des chants qui se réfèrent à cette fête importante de Tinos et tient en main une petite lanterne aux membranes transparentes colorées.

Τα "φαναράκια" στην Τήνο « Venez tous, citoyens de Tinos, célébrer et glorifier la découverte de notre Marie Vierge ». Le clergé et les représentants des autorités de Tinos et des Cyclades vont de l’avant et une foule, composée de personnes provenant de tout Tinos et de visiteurs, les suit. Par la suite, tout le monde se rassemble à la place de Pantanassa. A cette occasion, des feux d’artifice illuminent le ciel, les bateaux qui se trouvent dans le port cornent et des discours de vœux sont prononcés à la plate-forme de marbre qui se trouve au milieu de la place. Cette manifestation réjouissante se termine avec une collation offerte par la Municipalité de Tinos.


LA FONDATION SACRÉE PANHÉLLENIQUE DE L’ANNONCIATION DE TINOS

Το μωσαϊκό έξω από την εκκλησία αφιερωμένο στην Αγία Πελαγία La F. S. P. A. T. est une personne morale de droit public qui est placée sous l’autorité du ministère de l’Éducation nationale et des Religions. Elle est administrée par un comité qui compte dix membres et présidée par l’Évêque de Syros-Tinos. Les revenus de la Fondation proviennent des contributions des croyants, des droits payés pour la réalisation des cérémonies religieuses, des legs, de la vente des ex-voto ainsi que de la location d’immobilier. Les activités de la Fondation sont jusqu’à présent multiformes et importantes. Plus précisément, elle exerce depuis sa création une série d’activités d’ordre National, Éducationnel, Philanthropique, Religieux, Social et Culturel. Parmi elles, on comprend notamment : l’accueil des réfugiés, la mise à disposition des joyaux qui se trouvent dans le temple et sur l’icône au profit du Gouvernement pour couvrir les besoins pendant les périodes de guerre, la fondation, le financement et l’assistance des écoles, l’allocation de bourses à des locaux qui se distinguent par leurs performances exceptionnelles (comme à N. Lytras, Ν. Ghizis, G. Halepas, N. Louvaris et autres), les aides à plusieurs catégories de personnes comme des indigents, des malades, des personnes âgées, le subventionnement d’infrastructures publiques (tels que les rues, les infrastructures d’approvisionnement en eau et en électricité, le port) et beaucoup d’autres.

LE 15 AOÛT

Δεκαπενταύγουστος στην Τήνο

La plus grande célébration de Tinos mais aussi l’une des plus importantes célébrations de l’Église Orthodoxe est celle de l’Assomption de la Vierge Marie, le 15 août. Le temple ainsi que l’île dans son ensemble se préparent beaucoup en avance pour ce jour-là. La soirée de la veille du 15 août, la foule des croyants se masse dans l’église, sur la terrasse mais aussi sur les trottoirs de la rue « Megalochari » pour entendre l’hymne « A ta naissance, tu as gardé la virginité, après ta mort, tu n’as pas abandonné le monde, Vierge Marie… ». Pendant toute la nuit, le son des chants et des cloches se mêle aux prières des croyants venus pour adorer la Vierge Marie de Tinos, même de l’autre bout du monde. Quand se lève le jour de la célébration de la Vierge Marie, l’église et ses alentours, les rues, la place, le port et tout autre endroit par lequel passera la procession de l’icône miraculeuse, sont bondés de monde. A la fin deΔεκαπενταύγουστος στην Τήνο la messe archipresbytérale qui se déroule dans une ambiance solennelle et émouvante dans le temple, la procession de l’icône, portée par des soldats de la marine honoris causa, se dirige vers la place de « Pantanassa ».A cette procession, participent la Fanfare Municipale, des détachements de la Marine, l’ensemble du clergé, les représentants de l’État et des autorités locales ainsi que tous les autres citoyens. Comme la procession se dirige vers le port, les croyants se bousculent pour se placer au milieu de la rue, afin de toucher l’icône qui passe au-dessus d’eux et de prier pour un miracle. Chacun peut entendre comme les chants et la musique se fondent avec les voix des personnes désespérées qui prient et implorent la miséricorde de la Mère de Jésus mais aussi avec les voix heureuses de gratitude des personnes qui ont vécu des miracles. Sur une plate-forme de marbre qui se trouve au milieu de la place, s’élève un Te Deum, suivi par des discours de célébration prononcés par des représentants religieux et politiques. En même temps, un détachement d’honneur, accompagné d’un représentant de l’État se dirige en bateau vers l’endroit où le croiseur « Élie » a coulé, afin d’honorer l’équipage qui a été tué par l’attaque surprise des Italiens, le 15 août 1940. A la fin, l’icône se dirige de nouveau vers le temple suivant le même itinéraire, tout en insufflant respect et espoir à l’âme de chacun.